mercredi 30 avril 2008

De la reproduction sociale




S'il est une chose pour laquelle nous ne pouvons pas avoir de doute, c'est bien que les hommes et les femmes sont différents ... différents physiquement, différents dans leurs comportements aussi ...

Constat : prenons un garçon et une fille d'une même classe, au même niveau scolaire. Ils doivent faire une petite rédaction. Ils ont le/la même instit. Inconsciemment, l'instit va plutôt faire porter ses remarques sur l'écriture, la graphie de la fille ("écriture peu soignée", "écriture peu appliquée"), alors que les remarques sur le devoir du garçon vont plutôt porter sur le contenu de la rédaction ("bonne imagination", "remarque pertinente") ...

De la même façon, deux élèves de collège, garçon et fille, continueront inconsciemment d'être jugés différemment. Les parties rédigées de leurs devoirs seront plutôt jugées sur la structure pour la fille, sur le contenu pour le garçon. En revanche, les devoirs de math du garçon seront jugés plus sévèrement que ceux de la jeune fille ... Je vous entends vous insurger ... Ce n'est pas la peine de hurler au sexisme, c'est comme ça, c'est tout. Je n'invente rien, ce sont des sociologues qui le disent.

Autre constat : si vous interrogez des élèves en classe de 4ème ou de 3ème sur la façon dont ils voient leur avenir, les garçons se voient plutôt dans des métiers où ils auront une influence directe sur le monde et la nature ; les filles se voient plutôt dans des métiers de communication, de transmission, d'aide à la personne.

Alors, me direz-vous, les garçons et les filles sont quand même censés avoir la même éducation, à l'école et à la maison ... Les parents vont s'offusquer, me rétorquant qu'ils éduquent leurs filles et leurs garçons de la même façon, chacun aidant aux tâches ménagères par exemple ... Soit. Mais ce n'est là que ça se joue. Nous reproduisons par mimétisme (inconsciemment, donc) ce que nous voyons. Bien souvent, c'est maman qui écrit à la famille éloignée, qui fait les petites cartes de Noël et qui gère les papiers administratifs. Même si papa aide pour le ménage et pour la cuisine, il ne fait qu'aider ... On ne dit jamais, par exemple, que maman aide pour les tâches ménagères .... Ben non, c'est toujours papa qui aide. Ce qui signifie implicitement que c'est "naturellement" le rôle de maman. Même les femmes qui râlent et qui chouinent contre ces tâches ou contre la paperasse ont quand même, inconsciemment, le sentiment que c'est leur rôle.

... ne dites pas non ... vous savez bien que c'est vrai ... La preuve, on remercie papa ou chéri d'avoir fait la vaisselle ; papa ou chéri ne vous remercie pas quand c'est vous qui la faites ... et vous n'attendez d'ailleurs pas qu'il vous congratule ...

Les enfants "intègrent" donc inconsciemment ces choses, même si vous les éduquez de la même façon ... La reproduction sociale, c'est donc ça ; quelle que soit la façon dont vous éduquerez vos filles et vos garçons, ça ne risque pas de changer ... C'est flippant, non ?!

... la solution serait certainement qu'on soit tous hermaphrodites ... hum ...?!


5 commentaires:

elbereth a dit…

Ah non, moa je veux pas être hermaphrodite ! Tu fais ce que tu veux, ça pourrait être rigolo, mais moa je refuse ! Non mais après, je pourrais moins (fantasmer ?) m'enchanter devant des travelos polymorphes, voire, eux-même hermaphrodites ! Tu comprends ?

En tout cas, même si c'est horriblement vrai ce que tu dis, je tiens à faire remarquer à papa chéri que j'ai fait la vaisselle... C'est un fait. :)

White Bilberry a dit…

Et oui tout cela est bien vrai et se confirme tous les jours et encore plus aujourd'hui!Par contre si nous étions hermaphrodites, on ne pourrait plus se faire traiter de connes et ce serait quand même bien dommage !! Bon week-end à toi dans les arbres !

Varandzo a dit…

Comme Elbereth : pas question d'être hermaphrodite... Pour ce qui est du reste, la différence entre les garçons et les filles ne me gêne pas, tant qu'il ne s'agit pas d'inégalité (vaut mieux que madame varan me lave mon linge et que je vidange sa voiture plutôt que l'inverse). Après, c'est surtout dans ce sens-là qu'on devrait veiller à l'éducation des enfants : chacun son propre talent. Et enfin le plus drôle : ma première femme était féministe -et pour le coup, ça l'a surtout fait passer une très grande partie de sa vie toute seule. Elle avait des idées très précises sur l'éducation des enfants, en particulier des garçons... Bin quand je vois le résultat avec mon Chevelux, je me marre doucement -et je me moque de lui (gentiment). Passe que dans le domaine, il me paraît pire que tous les autres, ceux qui sont simplement surdéterminés par les schèmes inconscients ordinaire de notre société ; ça s'invente pas. Biz @+ VDZ

M. Ogre a dit…

...J'aime bien les filles qui ont des allures de garçons... enfin des attitudes quoi, des postures... Et puis les garçons qui ont aussi quelque chose d'un peu féminin en eux et qui se voit... Mais pas trop, hein, ni dans un cas, ni dans l'autre... Passque les filles trop filles ou les garçons trop garçons ça vous a un je-ne-sais-quoi de cake ou de tartignole... C'est comme trop de chocolat... J'aime bien voir en l'autre ce qu'il a de différend par rapport à sa propre image... ce qu'il a d'extra-ordinaire...
Bon !!! Cela dit, je sais pas si on les élève comme ça... Et puis après tout l'homme reste à la femme ce que le poisson rouge est à la bicyclette et c'est ça qu'il y a d'intéressant !!!

alain a dit…

c'est une question d'éducation si on apprends à un garçon à faire la vaisselle dés son plus jeune âge , cela ne deviendra pas un exploit si il l'a fait plus tard ! pareil pour une fille pour la "mécanique" par exemple !
(le joli poême sur le lac est de moi !!!improvisation...)toi tu aimes les points virgules , moi j'aime les points de suspensions et les points d'exclamations !!!
Bon dimanche !!!

Related Posts with Thumbnails