dimanche 27 avril 2008

Dimanche féerique ...

« Leconte de Lisle, étant un vrai poète sérieux et méditatif,
a horreur de la confusion des genres,
et il sait que l'art n'obtient ses effets les plus puissants
que par des sacrifices proportionnés à la rareté de son but. »
Charles Baudelaire,
Portrait de Leconte de Lisle,
Revue fantaisiste (été 1861).




Les elfes


Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

Du sentier des bois aux daims familier,
Sur un noir cheval, sort un chevalier.
Son éperon d'or brille en la nuit brune ;
Et, quand il traverse un rayon de lune,
On voit resplendir, d'un reflet changeant,
Sur sa chevelure un casque d'argent.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

Ils l'entourent tous d'un essaim léger
Qui dans l'air muet semble voltiger.
- Hardi chevalier, par la nuit sereine,
Où vas-tu si tard ? dit la jeune Reine.
De mauvais esprits hantent les forêts
Viens danser plutôt sur les gazons frais.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

- Non ! ma fiancée aux yeux clairs et doux
M'attend, et demain nous serons époux.
Laissez-moi passer, Elfes des prairies,
Qui foulez en rond les mousses fleuries ;
Ne m'attardez pas loin de mon amour,
Car voici déjà les lueurs du jour.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

- Reste, chevalier. Je te donnerai
L'opale magique et l'anneau doré,
Et, ce qui vaut mieux que gloire et fortune,
Ma robe filée au clair de la lune.
- Non ! dit-il. - Va donc ! - Et de son doigt blanc
Elle touche au coeur le guerrier tremblant.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

Et sous l'éperon le noir cheval part.
Il court, il bondit et va sans retard ;
Mais le chevalier frissonne et se penche ;
Il voit sur la route une forme blanche
Qui marche sans bruit et lui tend les bras :
- Elfe, esprit, démon, ne m'arrête pas !

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

Ne m'arrête pas, fantôme odieux !
Je vais épouser ma belle aux doux yeux.
- Ô mon cher époux, la tombe éternelle
Sera notre lit de noce, dit-elle.
Je suis morte ! - Et lui, la voyant ainsi,
D'angoisse et d'amour tombe mort aussi.

Couronnés de thym et de marjolaine,
Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.


Leconte de Lisle
Poèmes barbares

5 commentaires:

M. Ogre a dit…

...Ciel, que cela est romantique... Mais je suis étonné de ne point trouver plus de monde pour nous dire que dans le temps, on apprenait ce charmant poème à l'école, et qu'il était mieux fait ce temps...
Mais le chemin des aiguilles est semble-t-il, plein de circonvolutions, de détours,de légères côtes et de quelques méplats... sans compter qu'il y a des arbres, beaucoup d'arbres qui cachent des tas de recoins...
J'aime beaucoup vos printemps Ma Demoiselle, surtout n'y changez rien.

PetitChap a dit…

Oui !! Il semble que ce soit là un texte que l'on apprenait dans le temps - temps révolu et bien meilleur, ainsi que vous le soulignez si bien ... Je ne le connaissais pas, je l'ai découvert dans un recueil de poèmes "d'hier pour aujourd'hui" ... Vous ne cesserez donc jamais de m'étonner !

Sachez, cher Ogre, que vous être le bienvenu sur ce chemin des aiguilles. Votre présence me flatte et me comble ...

elbereth a dit…

Comme cela est tragique voulez-vous dire ! Une peinture digne de la féerie, mais un aspect elfique qui nous échappe bien souvent. J'ai toujours dit qu'il fallait pas leur faire confiance !
Pauvre chevalier, qui n'eut pas le coeur suffisemment fort et pur afin de rejoindre sa belle... 'nif.

Abigaïl a dit…

J'ai des frissons tellement j'ai aimé... :)
ce poème est très beau et je ne le connaissais pas du tout. j'aime bien quand la fin se révèle surprenante et mélancolique...
j'aurais bien aimé l'apprendre moi ce poème, à la place de ceux qu'on m'a servi... ^^

Gabriel a dit…

je ne connaissais pas, mais je crois que là, tous les amoureux de la fantasy vont s'intéresser à cet article et cet auteur!

Related Posts with Thumbnails